On m'avait prévenu ! la cuisine professionnelle est un des milieux les plus machistes qu'il soit ! 

Pour démarrer ce petit post, je ne résiste pas au plaisir un peu pervers de citer Phileas Gilbert (1857 - 1942)  cuisinier et critique gastronomique :

« Certains ont dit que la cuisine était l’apanage de la femme. Je l’accorde dans une certaine mesure, car comme il y a fagot et fagot, il y a cuisine et cuisine, et nous ne sommes pas à contester aux ménagères le pot-au-feu et le ragoût de mouton traditionnels. Que la majeure partie des cuisinières s’en tienne là et ne prétende pas s’immiscer dans nos travaux, d’abord trop fatigants pour leur complexion de femmes, ensuite beaucoup trop étendus pour leurs faibles connaissances, et dont elles ne peuvent rendre, quoi qu’elles fassent, qu’une très imparfaite, je dirais même une très mauvaise imitation. » 

Mais c'etait au 19 ème siècle me direz vous .... oui sauf que les propos de cet homme, charmant par ailleurs:

phileas 

continuent de refléter la situation actuelle ....

Aller, juste quelques chiffres pour se faire mal : 

Effectif féminin global en cuisine traditionnelle : 25%

Effectif feminin en restauration haut de gamme : 10%

(*Etude Safih 2011 de l’Observatoire de l’hôtellerie-restauration.)

Taux de femmes étoilées dans le guide Michelin : 3%

Alors oui, certaines (trop peu) réussissent et sont donc, de part leur rareté, fortement médiatisées, mais pour une Hélène Darroze ou une Anne-Sophie Pic (toutes deux issues du sérail) combien de femmes aspirant à devenir chef (cheffe n'existe juste pas ! ) renoncent face à l'adversité d'une cuisine et d'une profession qui ne s'adapte guère ? 

Je ne suis pas bégueule (enfin un peu quand même ...) ni profondément féministe (juste un chouille pour faire bonne figure) mais je dois dire que je n'etais pas préparée à cela. 

Dans une cuisine professionnelle tout (absolument tout) est haut perché et lourd ! Avec mes 1 mètre 59  impossible de remettre à sa place sans me contorsionner sur la pointe des pieds ou sans demander d'aide la moindre louche (accroché en hauteur par un crochet); Ce serait trop demander que de percher les ustensiles à hauteur de femme ?

Incorporer 16 oeufs dans une pâte à choux A LA MAIN (consigne du chef) sous l'oeil rigolard de mes collègues fait que je vais avoir des bras de Popeye! Le batteur-mélangeur c'est fait pour les chiens ? 

Attraper une russe en cuivre, la remplir d'eau et la porter sur le feu me demande presque autant d'energie et de bandage des muscles superieurs qu'1h de gym suédoise. Personne n'a pensé à remplacer ces casseroles d'un autre siècle par des casseroles plus légères ? Personne ne travaille sur un alliage permettant la même qualité de cuisson mais sans ce poids d'âne mort ?

Ben non personne ! c'est comme ça ma petite dame ! La cuisine c'est un métier d'homme ! 

Combien de fois ai-je entendu, depuis que j'ai commencé ma formation, cette phrase qui (même dite sur le ton de la plaisanterie) est lourde de sous entendu : "HAAAAAA .....Les femmes en cuisine quelle plaie !" prononcée de façon goguenarde et avec le clin d'oeil bien appuyé qui va bien !

Pourtant, je m'applique. J'essaie de tout bien faire comme on me dit mais il m'arrive d'atteindre mes limites .... J'ai, par exemple, de plus en plus de mal à rire des blagues salaces, idiotes et masculines qui rythment mes journées en cuisine. J'ai aussi de plus en plus de mal à supporter mon pantalon pied de poule /taille haute élastique et la veste qui m'ecrase les seins et qui empêche toute féminité mais pas les remarques déplacées. J'ai de plus en plus de mal à ne pas jeter mon torchon à la tête de celui qui me hurle dessus sans autre raison que "Ben quoi, c'est  une tradition de crier en cuisine".

Bref les taux de testostérones trop élevés commencent sérieusement à chatouiller mes oestrogènes !

Ma chance, c'est d'avoir plus de 40 ans, un moral d'acier, un peu de caractère et surtout l'envie vriller au corps de ne pas me laisser faire et de changer les choses à mon petit niveau ! 

Dans MA cuisine, il y aura des garçons mais il y aura surtout des filles ! Car sans faire de sexisme primaire, elles n'ont peut être ni la taille ni la force d'un homme mais elles ont le sens du détail et de l'esthetisme, l'amour du travail bien fait. Elles sont créatives et courageuses. Elles méritent leur place en cuisine !

femm